Vers la création d’un dispositif de gestion des revenus des planteurs (FIRCA)

0
109
Les responsables de l'Agriculture de l'Anader et le Coordonnateur du projet lors de la réunion

05 mars 2017 (lepaysan.ci) L’expert technique du Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA), Ané Etienne, a annoncé, lors d’une réunion d’information et de sensibilisation des organisations professionnelles agricoles (0PA) et des producteurs individuels, la mise en place d’un dispositif de gestion des revenus des planteurs en vue de rendre l’agriculture ivoirienne plus professionnelle.

« Longtemps, l’Etat de Côte d’Ivoire s’est plus appuyé sur le conseil technique. Il faudrait aujourd’hui qu’on donne une nouvelle orientation au conseil agricole… Nous apprenons aux producteurs à produire davantage et en même temps qu’ils produisent, il faut mettre en place des dispositifs de gestion des revenus issus de la production agricole pour ne pas que les jeunes qui viennent à l’agriculture trouvent des occasions pour dire que l’agriculture ivoirienne n’est pas rentable », a expliqué M. Ané.

Il a ajouté que la mise en place de ce dispositif va donner une nouvelle image dans la gestion des OPA et aura pour mission de renforcer la capacité des OPA et des exploitants agricoles dans la gestion de leur exploitation.

« Les banquiers disent qu’ils ne détiennent pas de données dans le milieu agricole pour pouvoir se prononcer sur les demandes de financement que les producteurs agricoles leur soumettent. A travers ces dispositifs du conseil de gestion qui vont être mis en place, nous pourrons désormais avoir des données du milieu agricole », a-t-il ajouté.

La Côte d’Ivoire et la France ont signé, dans le cadre du deuxième contrat de désendettement et de développement (C2D) le 28 avril 2016, une convention d’affectation au programme filière agricole durable de Côte d’Ivoire (FADCI) pour accompagner des changements de pratiques agricoles et de gestion des ressources afin d’avoir des retombées positives sur la population ivoirienne, rappelle-t-on.

Le volet 1 du projet va apporter un appui aux filières riz, maïs, piscicole, aquacole ainsi qu’au secteur des légumes en vue de renforcer leur durabilité économique pour permettre l’accroissement des revenus des producteurs, favoriser la réduction de la pauvreté, renforcer la sécurité alimentaire, soutenir la durabilité du système de production agricole et contribuer à la bonne gouvernance des exploitations agricoles.

Source : AIP

LAISSER UN COMMENTAIRE