Un symposium sur la mangue prévu du 6 au 7 avril à Korhogo

189
Image d'archive utilisée juste à titre d'illustration

05 avril 2017 (lepaysan.ci) A l’initiative du gouvernement américain, les acteurs de la filière mangue se retrouveront du jeudi 6 au vendredi 7 avril, à Korhogo, dans l’extrême Nord-Ivoirien, pour apporter des solutions aux problèmes de commercialisation, de conservation et de transformation de ce troisième fruit d’exportation de la Côte d’Ivoire, a appris APA, mardi, de source officielle.

Côte d’Ivoire : un symposium sur la mangue prévu du 6 au 7 avril à Korhogo
L’annonce a été faite, mardi, à Bouaké (Centre-Nord) par le Chargé d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Andrew Haviland qui s’exprimait à l’occasion d’une rencontre d’échange avec les étudiants de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké.

Selon le diplomate américain, ce symposium initié par la West Africa Trade and Investment Hub, à travers un financement de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) permettra aux producteurs, les acheteurs et les transformateurs de mangue de Côte d’Ivoire de se retrouver autour de la même table pour discuter de l’avenir de ce secteur qui est confronté à d’énormes difficultés.

‘’La mangue de la Côte d’Ivoire est presque la meilleure dans le monde mais ce secteur engrange malheureusement beaucoup de pertes ’’, a fait savoir M. Haviland, ajoutant que près d’un tiers de la production de ce fruit n’arrive pas à bon port sur les marchés pour des problèmes de conditionnement et de conservation.

C’est pourquoi, a-t-il relevé ‘’il faut voir la façon dont la production arrive sur le marché’’ mais aussi proposer des solutions en vue de sa transformation en jus ou en forme séchée entre autres.

En somme, pour le chargé d’affaires à l’ambassade des Etats-Unis, ‘’l’idée de ce symposium c’est de réussir à rassembler les producteurs, les acheteurs et les transformateurs de mangues dans le même endroit pour discuter et se donner des idées’’ pour le développement de cette filière.

Aussi, a-t-il conclu, ‘’ce sera également pour nous l’occasion d’encourager les investisseurs américains à venir créer des entreprises’’ dans ce genre de domaine qui accompagne la croissance économique à travers la création d’emplois et de richesses.

Avec 32 628 tonnes produites en 2016 contre 10 179 tonnes en 2011, la mangue est devenue le 3è fruit d’exportation de la Côte d’Ivoire, après l’ananas et la banane. Cependant, regrette le gouvernement ivoirien ‘’la campagne d’exportation des mangues qui se déroule sur la période de mi-mars à fin juin, se réduit de plus en plus en raison de la pullulation des mouches des fruits dès le début de la saison pluvieuse’’.

Source : APA