SIA 2017 : L’ANADER invite des experts à s’exprimer sur les innovations technologiques dans l’agriculture

203

28 février 2017 (lepaysan.ci) Le stand de la Côte d’Ivoire a connu une animation toute particulière ce lundi 27 février 2017. Et pour cause, l’Agence Nationale au Développement Rural (ANADER) y a organisé sa journée spéciale à l’occasion du Salon International de l’Agriculture (SIA) qui se tient au Parc des Expositions de Paris, Porte de Versailles en France.

Pour cette occasion, l’Agence a invité des experts de différents pays à participer à une rencontre scientifique sur le thème :  » Les TIC dans l’agriculture : enjeux et perspectives pour le développement durable des filières « . Sous la forme d’un panel, cette problématique fut l’occasion pour l’ANADER de présenter son expérience en matière d’innovation technologique appelée E-Extension.

Dans son mot de bienvenue, Dr Sidiki Cissé, Directeur Général de l’ANADER a exprimé sa satisfaction de voir différents pays répondre à l’invitation de sa structure. Il a marqué ses attentes, à savoir, confronter l’outil E-Extension de l’ANADER avec les expériences des autres pays.

Ainsi, le panel s’est ouvert avec la communication de Monsieur SAHIFO Gbo, Conseiller Technique du Directeur de l’Appui aux Filières de Productions Végétales et Animales (DAFPVA) qui a présenté, à travers ce thème, la plateforme E-Extension.

Selon le paneliste, les  défis actuels relatifs au développement de  l’agriculture  durable en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire concernent entre autres, l’accroissement de la productivité, la compétitivité, l’accès aux marchés des producteurs ruraux et la production selon les normes de qualité dictées par ces marchés et les problèmes sociaux et environnementaux.

Dans ce contexte et pour faire face à tous ces enjeux et défis apparus dans le paysage du développement rural deux voies se présentent aux institutions de conseil agricole, à savoir,  adapter les méthodes et outils classiques de vulgarisation agricole à l’évolution des besoins de conseil agricole et adopter de nouvelles méthodes alternatives ou complémentaires qui permettraient d’accroitre l’efficience globale du conseil agricole en fournissant des réponses en temps réel aux besoins d’accompagnement des acteurs des filières agricoles.

Dans cette perspective, les technologies de l’information et de la communication peuvent  offrir une large gamme de services, d’où leur exploitation en agriculture.

De façon concrète en Côte d’Ivoire, l’ANADER expérimente depuis 2013, une initiative d’intégration des TIC dans le conseil agricole dans le cadre d’un projet baptisé « e-extension ».

Le système utilisé repose sur quatre instruments principaux. Ce sont:

Le serveur vocal est un outil permettant d’animer un dialogue homme-machine au moyen de messages prédéfinis, enregistrés dans différentes langues locales et intégrés dans le serveur.

Le centre d’appels comprend des postes de travail téléphoniques tenus par des agents appelés « téléopérateurs ». Ceux-ci sont chargés de traiter les appels dans les différentes langues intégrées dans le système. Ils répondent aux requêtes des appelants en temps réel, enregistrent les requêtes non satisfaites, rappelle l’appelant dès qu’ils sont en mesure d’apporter une solution satisfaisante à sa requête.

Le « E-Lab » est un laboratoire électronique virtuel permettant d’enregistrer, d’analyser et de traiter les alertes ou les préoccupations exprimées par les producteurs.

Le réseau d’experts comprend des personnes ressources (chercheurs, vulgarisateurs, etc.) ayant une expertise avérée dans les filières agricoles et qui sont consultées en cas de besoin pour apporter les réponses appropriées aux requêtes des producteurs non satisfaites au niveau du centre d’appel.

Après avoir présenté cet outil, M. Sahifo a présenté aux invités les impacts du système, notamment, sur la performance du conseil agricole qui se traduit par l’amélioration de la performance globale de l’ANADER grâce au développement de sa capacité à toucher un plus grand nombre d’acteurs ruraux en temps réel et à moindre coût. L’impact sur les filières agricoles et sur les acteurs ruraux se révèle par l’amélioration de la productivité agricole, le renforcement de l’accès des agriculteurs aux marchés  et la promotion des technologies propres pour une agriculture durable au bénéfice des filières agricoles.

Le second paneliste, M. Guy Faure, Directeur de l’Unité Innovation et Développement dans l’Agriculture et l’Alimentation au Centre International pour la Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), a présenté quelques expériences menées dans plusieurs pays. On en retient qu’en matière d’utilisation des plateformes d’innovations technologiques, les pays de l’Afrique de l’Est, notamment, le Kenya ont une expérience à ce jour plus aboutie. Se basant sur les expériences conduites, M. Faure a posé d’importantes problématiques qui devraient améliorer les performances attendues grâce à ce système. Selon lui, cet outil devrait pouvoir fournir des informations telles que les données météorologiques. Il recommande de s’inspirer du modèle mis en place dans des pays tels que le Mali et le Burkina qui utilise principalement la vidéo pour partager les expériences réussies ou non et diverses informations. Vu les enjeux économiques qui se dégagent de ces technologies, M. Faure en appelle à un plus grand intérêt des entreprises de téléphonie mobile, des start up etc, pour soutenir et accompagner ces programmes au profit des producteurs.

Les échanges se sont ensuite ouverts, permettant aux différents pays de présenter leurs expériences, mais principalement de partager des défis qui devraient interpeller les acteurs du secteur. Ce sont entre autres, la gestion des bases de données générées par ces systèmes, notamment, leur confidentialité, leur exploitation et leur enjeu économique.

Il faut également relever que les participants ont surtout demandé aux politiques de veiller à l’implication des bénéficiaires à la base, afin qu’ils s’approprient réellement ces outils.

Le Directeur Général de l’ANADER, satisfait de toutes ces contributions, a promis qu’elles seront intégrées dans les réflexions qui seront menées afin de rendre le E-Extension encore plus performant pour répondre aux besoins des producteurs.

A sa suite, le Président du Conseil d’Administration de l’ANADER, Pr Kouamé Brou, a dit ses remerciements à tous ces experts et donné l’assurance que leurs apports permettront à l’ANADER d’améliorer d’avantage ses services auprès des producteurs ivoiriens via les TIC.

.Signalons que 15 experts de différents pays (Maroc, Mali, Sénégal, Togo, France, Algérie) ont participé à cette rencontre initiée par l’ANADER à l’occasion de la journée ANADER, qui a fait suite à la journée dédiée au Fonds Interprofessionnel pour le Conseil et la Recherche Agricoles (FIRCA). Ainsi, M. N ;Diaye Oumar, Conseiller Technique, Coordonnateur des fonds FADCI et FCIAD a rencontré des partenaires pour échanger sur les missions et défis du FIRCA à travers 4 spéculations (productions animales et végétales).

Ouvert le samedi 25 février dernier le Salon International de l’Agriculture de Paris prendra fin le dimanche 05 mars 2017 avec 650.000 visiteurs attendus.