Programme d’Urgence d’Appui à la Production Vivrière (PUAPV) : les producteurs sont au travail

0
235
Image utilisé juste à titre d'illustration

13 février 2017 (lepaysan.ci) Fer de lance du Programme d’Appui d’Urgence à la Production Vivrière (PUAPV), la culture de contre-saison constitue système de production essentiel face aux effets du changement climatique. C’est l’option culturale que l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) a entrepris de vulgariser dans le cadre de ce programme dont l’objectif est la lutte contre l’insécurité alimentaire et la flambée des prix.

Dans le cadre du suivi des activités du PUAPV, une équipe de coordination du programme de l’ANADER conduite par Monsieur TANOH Kakou, Coordonnateur national a effectué une mission du 1er au 4 février 2017. Cette mission s’est rendue sur des sites du programme dans trois(3) Directions Régionales de l’ANADER. Ce sont, la Direction Régionale Sud (Adzopé et Tiassalé), la Direction Régionale Centre-Est (Abengourou) et la Direction Régionale Centre (Dimbokro et Yamoussoukro).

Cette mission d’imprégnation de l’avancée du PUAPV a pu apprécier le niveau de production de vivo-plants, analyser le système d’exploitation des parcs à rejet, vérifier la fonctionnalité du système d’irrigation et mesurer le niveau d’appropriation du programme par les bénéficiaires.

Ainsi, dans la Direction régionale Sud, la délégation a visité deux sites du programme. Le premier, situé dans la localité de Bonahouin, est une plantation de banane plantain d’une superficie de 5 hectares appartenant au Groupement CAYAT (Coopérative Agricole de Yakassé Attobrou). Cette coopérative encadrée par l’ANADER, constituée en majorité de femmes, très enthousiastes, ambitionne même de mettre en place 18 hectares de manioc, a confié sa présidente, Madame Edy Murielle.

Sur le site de Tiassalé, ce sont plusieurs sites, entres autres, le point d’application destiné à la construction des 50 germoirs pour la production de vivo-plant de bananes plantain avec une capacité de production de 350 vivo-plants par germoir à distribuer aux exploitants agricoles, un site de banane plantain de 5 hectares, ainsi qu’une parcelle de manioc de la variété « Yavo » de 12 hectares pour une production de 32 tonnes attendues à l’hectare qui ont été visités.

En ce qui concerne la Direction Régionale Centre-Est, c’est le parc à souche de l’ANADER destiné à produire des rejets de banane plantain pour les exploitations agricoles bénéficiaires du programme qui a suscité l’intérêt de la mission.

Le village de Kokokro à Dimbokro, dans la Direction Régionale Centre, est un site de parc à bois de manioc d’une superficie de 1, 3 hectares appartenant à M. Amani Yahot. Ce site constitue déjà l’une des sucess stories de ce programme.

En effet, M. Amani affirmera d’ailleurs, tout heureux: « Je suis très content de la venue de ce programme, car depuis que le projet a commencé, l’ANADER m’a encadré techniquement et cette parcelle de 1, 3 hectares me permettra d’avoir une production de 25 à 30 tonnes de manioc ». Ce sont donc des revenus surs que lui garantit le PUAPV.

Quant au site de Ballakro d’une superficie de 6 hectares de maraichers, avec un système d’irrigation dit « Californien », ce sont 20 producteurs qui mettront sur le marché, et en toutes saisons, de la tomate, du piment, des aubergines et du gombo, leur assurant ainsi, des revenus substantiels toute l’année.

Cette mission a permis au coordonnateur d’apporter, en termes d’appui, des réponses à certaines préoccupations des bénéficiaires. Ces préoccupations sont entre autres, la distribution des produits phytosanitaires et la mise à disposition des engrais aux producteurs.

Notons que le Programme d’Urgence d’Appui à la Production Vivrière (PUAPV) est conduit sur toute l’étendue du territoire national. Ce programme gouvernemental a été lancé le 19 décembre 2016 par le Vice-Président de Côte d’Ivoire, alors Premier Ministre. L’ANADER en assure la mise en œuvre pour le compte de l’Etat, et a mobilisé à cet effet, 827 de ses agents.

Source : ANADER

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE