La mise en place d’une interprofession de la filière manioc au centre d’un atelier à Bouaké

295

15 juin 2017 (lepaysan.ci) Un atelier de deux jours sur la mise en place d’une interprofession de la filière manioc s’est ouvert mercredi à Bouaké, à l’initiative des acteurs du secteur en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Le président du comité d’organisation, Guy Patrick Kouzalo, a indiqué que l’objectif de l’atelier est d’informer et sensibiliser les acteurs sur ce processus afin de les mobiliser pour qu’ils y participent pleinement.

L’atelier sera également consacré au compte-rendu des Journées panafricaines du manioc initiées par la BAD et la FAO en partenariat avec les acteurs, les 25 et 26 novembres 2016 à Abidjan. C’est à cette occasion que le processus de mise en place de l’interprofession de la filière a été lancé par le ministre de tutelle, Mamadou Sangafowa Coulibaly.

Le sous-préfet central de Bouaké, Samassi Ismaël, le 2ème au adjoint au maire, Amadou Bamba et le représentant du directeur régional du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA), Dr N’Gbesso Marko, ont salué l’initiative en se réjouissant de l’impact que cette organisation de la filière pourrait avoir sur la contribution du manioc à l’autosuffisance alimentaire, à la réduction de la pauvreté et la croissance économique.

«Il sont sur le bon chemin», a déclaré le sous-préfet central, encourageant les acteurs en l’occurrence les femmes qui travaillent pour le développement de la filière.

Le manioc est le deuxième produit vivrier après l’igname qui contribue énormément à l’alimentation des populations vivant en Côte d’Ivoire, avec une production estimée à 2,42 millions de tonnes en 2014 et 5,54 millions de tonnes en 2015.

La filière souffre notamment de sa non-organisation, de la non-professionnalisation, la non-intensification de la culture et des difficultés d’approvisionnement en semence de qualité. Pour accroître la production, les efforts du CNRA ont abouti à la mise en point de variétés à haut rendement, en phase de vulgarisation et la mise en place de technique de production rapide de semences (ou boutures) de qualité.

Source : AIP