La mangue, un fruit salvateur pour plusieurs élèves de Bangolo confrontés à des difficultés financières

151
Image d'archive utilisée à titre d'illustration

17 mai 2017 (lepaysan.ci) De nombreux élèves de la ville de Bangolo issus de familles démunies se ruent sur les mangues en cette période de la traite de ce fruit pour pallier à leur problème de nourriture.

« Nous sommes en temps de pluie. Chez nous, pendant cette période, nos parents n’ont plus rien. Nous n’avons plus de nourriture. Mais comme Dieu n’oublie pas ses enfants, c’est aussi la période des mangues. Ce sont donc les mangues que nous mangeons avant d’aller à l’école » indique un élève du secondaire, Zouhou Euloge.

Selon un autre collégien, Blapohi Stéphane, le sac de riz que leurs parents leur ont laissé, ses frères et lui, est fini depuis plus de trois semaines. Ils sont donc chaque fois obligés de supplier la clémence d’un monsieur dont la cour est voisine à la leur pour profiter des fruits de son manguier.

Le jeune homme ajoute que plusieurs élèves qui vivent la même situation attendent avec impatience la date de l’arrêt des notes afin de regagner les parents dans les villages. Certains écoliers et collégiens, à en croire Blapohi, ne supportant plus les difficultés auraient déjà regagné les villages avant la fin de l’année scolaire.

Les parents, quant à eux, disent être conscients de la situation et plaident pour la création d’une cantine au sein de chaque établissement scolaire du département en vue de les aider à subvenir aux besoins de leurs enfants.

Au lycée moderne, une cantine a été construite par l’ex-conseil général de Bangolo mais elle n’est pas encore fonctionnelle. Elle a été plutôt transformée en salle de classe pour pallier le manque de bâtiments destinés au cours.

Source: AIP