Le Ghana compte lever 750 millions de dollars pour assainir ses cacaoyers

63
Image d'illustration

07 décembre 2017 (lepaysan.ci) Le Ghana Cocoa Bord (régulateur du marché) s’apprête à lever 750 millions de dollars de prêts pour financer le remplacement de la moitié des arbres qui produisent la récolte du pays. Un remplacement justifié soit par l’âge, soit par la maladie. En tout, le régulateur prévoit de couper plus de 400.000 hectares d’arbres au cours des 5 à 8 ans à venir.

Stopper l’épidémie

Selon le régulateur, près du cinquième des cacaoyers du Ghana sont infectés par le virus de la pousse de cacao gonflée (CCSV). Cette maladie a pour conséquence de réduire les rendements et d’accélérer la mortalité de la plante à 3 ou 4 ans. Le reste des arbres sont pour leur part remplacé à cause de leur vieillesse et de leur perte de productivité.

Bien que les autorités maintiennent leurs prévisions de récolte de cacao pour la saison actuelle à 850.000 tonnes et demeurent positives, le régulateur assure ne pas sous-estimer l’évolution de l’épidémie de CCSV.

« La propagation de la maladie est assez alarmante, même les fermes les plus jeunes ont été touchés » s’est inquiété Joseph Boahen Aidoo, Directeur Général de la Ghana Cocoa Bord dans une déclaration à la presse ghanéenne.

Amélioration des rendements

Le management du régulateur prévoit par ailleurs que les 750 millions de dollars qui serviront à l’assainissement des plants de cacaoyers seront levés auprès de banques locales et étrangères, pour être finalisée au début de 2018. Cette opération devrait au passage permettre d’améliorer les rendements et les revenus des milliers de petits agriculteurs qui constituent la majeure partie de la production du deuxième exportateur mondial du cacao.

Ce nouveau prêt devra s’ajouter aux 600 millions de dollars de que devrait débloquer la Banque africaine de développement pour la construction d’entrepôts et d’autres mesures visant à améliorer les conditions de stockage et de distribution pour réduire la déperdition de récolte.