LA BOAD est un acteur important du financement agricole en Côte d’Ivoire.

105

En marge du bilan de la mise en œuvre du Programme National d’Investissement (PNIA) au 31 décembre 2015 organisé par la Direction Générale de la Planification, du contrôle des Projets et des Statistiques du ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, l’équipe du portail ivoirien www.lepaysan.ci s’est entretenu avec le Représentant résident de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) afin de donner des précisions sur les différents investissements opérés par la BOAD dans le secteur agricole ivoirien.

1) Bonjour Monsieur, présentez-vous s’il vous plait ?

Je suis Oumar TEMBELY, Représentant résident de la BOAD en Côte d’Ivoire.

2) Pouvez-vous nous situer l’impact de la BOAD dans le secteur agricole ivoirien ?

La BOAD est un acteur important du financement de l’agriculture et d’une manière générale du développement rural en Côte d’Ivoire. Pour citer quelques exemples d’opérations que nous avons financés,  nous avons  le projet pader-lacs dans la zone de Yamoussoukro. Ce projet a permis à la BOAD de mettre 6 milliards 300 millions de F CFA dans tout ce qui est aménagement hydro-agricole, aménagement de périmètre irrigué villageois, mise en place de service financier décentralisé, construction de pistes rurales…

En plus du pader-lacs, nous avons investi juste après la crise à hauteur de 4 milliards 400 millions de F CFA, dans un projet d’urgence dénommé le PURAR (Projet d’Urgence de Réhabilitation et de Relance des Activités Rizicoles) dans les régions de Tonkpi, du Guémon et du Cavally. Le purar a permis de doter le monde rural de kits, d’aménagements hydro-agricoles… après la grave crise qu’a connue notre pays.

Nous avons également financé un projet d’aménagement hydro-agricole à M’Bahiakro d’un montant de 6 milliards de F CFA et à Sangopari pour un montant de 5 milliards de F CFA. Enfin, la BOAD accompagne la Côte d’Ivoire dans la réalisation d’étude de faisabilité de tous ces projets. Il est important de souligner que le développement rural, l’énergie et les infrastructures font partie des trois secteurs prioritaires de la BOAD.

2) Un mot sur le bilan du PNIA au 31 décembre 2015 qui a été effectué ce matin ?

J’aimerais remercier le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural de nous avoir associé à cette cérémonie. Je pense que c’est important de faire un bilan annuel du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA) afin de voir quelles sont les réalisations, les difficultés qui ont été enregistrées et quelles sont les solutions qu’il faut entrevoir pour finir à bout de ces difficultés. C’est un exercice qui de mon point de vue est indispensable et le fait d’avoir associé les partenaires techniques et financiers pour partager avec eux tous les résultats est à féliciter.

3) On peut affirmer que la BOAD est fière d’être le partenaire idéal de l’agriculture ivoirienne ?

La BOAD a adopté à la fin de l’année dernière son second plan stratégique qui met en avant les trois secteurs prioritaires que j’ai citées plus haut (développement rural, énergie, infrastructures) donc le monde agricole va continuer des financements de la BOAD, nous sommes disposés à regarder les projets et les programmes qui vont être soumis au financement de la BOAD par la partie ivoirienne. Comme je le disais tantôt nous avons financé des études qui sont en cours de réalisation pour certaines et pratiquement achevés pour d’autres, lorsque tout sera bouclé, la BOAD examinera la possibilité d’intervenir de façon optimale dans l’agriculture ivoirienne.

Propos recueillis par D.L (lepaysan.ci)