Gilbert Fossoun HOUNGBO, Président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA)

114
Gilbert Fossoun HOUNGBO, 6ème Président du FIDA depuis le 01er avril 2017

Premier ministre du Togo de 2008 à 2012, Gilbert Fossoun Houngbo, a été élu le 14 février 2017 à Rome (en Italie), pour quatre (4) ans, nouveau président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA créé en 1977).

Il devient le sixième Président de cette institution et succède à ce poste à Kanayo F. Nwanze (Président sortant du FIDA). Le Togolais a pris fonction le 1er avril dernier.

Natif de la préfecture de Blitta au Togo (centre-Togo), Gilbert Fossoun Houngbo, 56 ans, a une très longue expérience au sein des organisations internationales, notamment le Système des Nations Unies.

Diplômé en Gestion des affaires à l`Université du Bénin (actuelle Université de Lomé), en Comptabilité et finance de l`Université du Québec (Canada), G. Houngbo est en outre membre de l`Institut canadien des comptables agréés. Il est rentré dans le système onusien au début des années 90, en devenant membre de l`équipe de gestion stratégique du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Il totalise à ce jour plus de 30 ans au service des Nations unies.

Il deviendra Directeur des finances et de l`administration du PNUD, en deviendra aussi le chef de cabinet en 2003. Kofi Annan, Secrétaire général de l`ONU d’alors, le nommera ensuite Sous-secrétaire général adjoint de l`ONU et directeur du Bureau régional du PNUD pour l`Afrique, en décembre 2005. Il restera à ce poste durant trois ans.

Nommé Directeur général adjoint (chargé des programmes extérieurs et du partenariat) de l`Organisation internationale du travail (OIT) en février 2013, il entrera en fonction un mois plus tard, à Genève (Suisse). G. Houngbo a donc quitté l’OIT pour le FIDA.

Il s’est engagé à positionner le FIDA sur la scène internationale du développement, à poursuivre son programme d’amélioration institutionnelle et permettre à ce que l’engagement politique de cette institution soit renforcé aux plans international, régional, national et local.

«Je suis convaincu que le FIDA et ses partenaires seront un jour en mesure d`aider chaque petit exploitant qui le souhaite à mobiliser les ressources nécessaires pour l`atteinte de ses objectifs et ambitions.

Cela nécessitera une coopération renforcée avec les partenaires du FIDA à l`échelle mondiale et nationale, y compris les organisations de petits exploitants, ceci afin de garantir la création de cadres politiques adéquats et d`étendre les infrastructures de services financiers et de produits financiers spécifiques qui exploitent le potentiel des technologies modernes», défend l’ex PM Houngbo, pour mettre en valeur le rôle cardinal du FIDA sur l’échiquier des Nations Unies.