Anacarde : de 136.000 T en 2014, la région du Gontougo a enregistré seulement une production de 83.000 T en 2016 (DG Conseil Coton-Anacarde)

179
Dr Adama Coulibaly a appelé les acteurs de la région du Gontougo à mettre fin à la fuite des produits

18 mars 2017 (lepaysan.ci) La salle de réunion de la préfecture de Bondoukou a fait salle comble ce vendredi 17 mars 2017 suite à l’annonce de la visite du Conseil Coton-Anacarde (CCA), organe chargé de la régulation, du suivi et du développement des filières coton et anacarde en Côte d’Ivoire. Le corps préfectoral, les forces de l’ordre, les acteurs (producteurs, acheteurs, pisteurs) de la filière étaient tous présents pour écouter le message du Directeur Général du Conseil Coton-Anacarde Dr Adama Coulibaly et sa délégation qui ont entamé depuis le lundi 13 mars 2017 une tournée de suivi de la campagne 2017 de commercialisation des noix de cajou.

Après les villes d’Abengourou, Agnibilékrou, Transua, Tanda, Bouna, Bondoukou Chef lieu de département de la région du Gontougo était la dernière étape de cette tournée dont l’objectif général est de déterminer en concertation avec les comités de veille, les autorités locales, les forces de l’ordre et les acteurs de la filière, les mesures et actions additionnelles ou complémentaires à conduire pour créer les conditions du bon déroulement de la campagne 2017, notamment en ce qui concerne la fuite des produits vers les pays limitrophes en particulier le Ghana.

Dr Adama Coulibaly a remercié les autorités de la région du Gontougo et les acteurs de la filière d’avoir répondu massivement à son appel et a laissé le soin au Chef de service chargé des Opérations au Conseil Coton-Anacarde Mamadou Doumbia d’expliquer les dispositions pratiques prises pour cette campagne 2017 de commercialisation de noix de cajou en Côte d’Ivoire.

Pour sa part, le Directeur Général du CCA a sensibilisé les acteurs à lutter contre la fuite des produits car malgré les efforts de l’ensemble des forces de sécurité, la région de Gontougo est énormément touchée par cette pratique. En effet, de 136.000 T en 2014, cette région a enregistré seulement 83.000 T en 2016 soit un gap de 53.000 T.

Dr Adama Coulibaly a enfin situé les conséquences d’une telle baisse de production à quatre niveaux tout d’abord elle ralentit le développement de la région d’où les produits sont convoyés vers les pays limitrophes, diminue la  production nationale et met en cause le leadership mondial du pays, affecte la durabilité de la filière et constitue un manque à gagner pour l’Etat de Côte d’Ivoire.

Le Préfet de la région du Gontougou, Amani Yao Michel conscient de l’impact de cette pratique sur le développement et l’accroissement du taux de chômage dans sa région, a rassuré le DG et l’ensemble de sa délégation sur la conjugaison des efforts des corps préfectorales, sous-préfectorales et forces de sécurité pour assurer le bon déroulement de la campagne.

Rappelons que ce sont plus d’une dizaine de camions qui ont été saisies depuis le début de la campagne, le jeudi 16 février 2017 par la Brigade de Sécurisation de l’Est et la Gendarmerie territoriale de Bondoukou. C’est donc pour appuyer leurs actions sur le terrain que le Conseil du Coton-Anacarde leur a offert 14 motos repartis comme suit 10 pour la Brigade de Sécurisation de l’Est et 4 pour la Gendarmerie territoriale.

D.S (www.lepaysan.ci)

Voir l’album photos de l’étape de Bondoukou