Filière anacarde : Le CCA met en place une plateforme de concertation entre les pays africains producteurs

127
Dr Adama Coulibaly DG Conseil du Coton et de l'Anacarde

16 novembre 2016 (lepaysan.ci) Une plateforme d’échanges d’expérience et d’information entre les pays producteurs d’anacarde d’Afrique va voir le jour. En effet, à quelques heures de l’ouverture de la 2ème édition du Salon International des Equipements de Technologies et de Transformation d’Anacarde (SIETTA), le Directeur Général du Conseil du Coton et l’Anacarde (CCA) Dr Adama Coulibaly par ailleurs Commissaire Général du SIETTA 2016 et M. Kobenan Mougbo, représentant le Ministre des Mines et de l’Industrie ont procédé ce matin dans un réceptif hôtelier d’Abidjan en présence des experts venus des pays producteurs d’anacarde à l’ouverture des travaux devant aboutir à la mise en place de la mise en place de cette plateforme .img_5161

Le but de cette initiative est de doter l’Afrique d’un cadre de concertation afin de développer et soutenir de façon durable la production et l’industrie de l’anacarde en Afrique. Par ailleurs, à travers cette plateforme, l’Afrique veut se positionner comme leader mondial de la production et de la transformation de l’anacarde à l’horizon 2025.

img_5162

« Nous sommes avec des experts venus d’une dizaines de pays pour travailler sur ce projet de plateforme que nous allons soumettre à la signature de nos autorités ministérielles lors du SIETTA 2016 qui débute demain » a indiqué le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde Dr Adama Coulibaly puis d’ajouter « la noix de cajou est devenu aujourd’hui un produit phare dans le monde, dont l’économie profite de plus en plus à nos états dans la mesure où elle crée de la valeur ajoutée et un cadre réel de lutte contre la pauvreté en milieu rural. Il s’agit donc pour nous d’entreprendre une action tendance à confirmer le leadership de l’Afrique sur la noix de cajou. La réunion actuelle est hautement stratégique car elle va analyser les textes fondateurs d’une structure internationale à mettre en place qui va être la structure de gouvernance mondiale de la politique et de l’économie de la noix de cajou… » img_5172

A l’instar de l’ICCO dans le cacao, l’OPEP dans le pétrole, CCIC dans le coton, la mise en place de cette plateforme obéit à la recommandation faite par les délégations africaines présentes au SIETTA 2014 de créer un cadre d’échanges pour maintenir entre les acteurs africains un dialogue à la fois technique et politique.

Composée principalement des pays producteurs d’anacarde, le siège de la plateforme sera fixé dans l’un des pays producteurs.

D.S (lepaysan.ci)

Voir album photo