Elevage : comment gagner 12 millions avec les dindons

1575

Le dindon est un oiseau d’origine d’Amérique centrale. Il fut introduit en  Europe au du IXème siècle par les Espagnols.

Une race de petite taille récemment créée et de nouvelles techniques de prévention des maladies ont considérablement modifié les conceptions de l’élevage du dindon, le rendant plus accessible à tous. Oiseau bruyant, volumineux et coléreux, le dindon a une chair très savoureuse et très appréciée des connaisseurs. Son élevage bien que facile reste encore limité en Côte d’Ivoire, où l’absence de véritables circuits de vente freine la commercialisation.

La construction de l’habitat

Pratiqué au départ dans des enclos ou la ferme, l’élevage des dindons s’est aujourd’hui modernisé et se pratique sur des surfaces bien plus importantes. Le terrain réservé aux dindons doit être vaste, de 100 à 120 mètres carrés pour une dizaine de dindons. Ce terrain sera planté de nombreux arbres qui, en toutes saisons, leur serviront de perchoir et de dortoir.

L’espace sera clôturé sur une hauteur de 2 mètres pour un solide grillage. L’habitacle des dindons doit être placé le plus loin possible des maisons car les dindons, extrêmement bruyants, poussent souvent des cris perçants et désagréables.

L’aménagement intérieur du terrain sera sommaire :

Quelques perchoirs, une mangeoire, un abreuvoir et parfois des pondoirs.

Les perchoirs seront disposés en gradins situés de 0,70 à 1,60 m du sol et espacés les uns des autres de 0,30m. Ils devront avoir un diamètre de 10 cm au minimum.

L’abreuvoir est indispensable car les dindons boivent beaucoup. Un grand seau fera l’affaire, à condition d’être toujours rempli.

La mangeoire, en bois ou en métal, ou un récipient quelconque servira pour l’alimentation. Les pondoirs, ou plutôt les nids que vous confectionnerez avec la paille ou des feuilles sèches sont à disposer dans de petites cabanes pour permettre aux dindes d’y pondre.

L’alimentation

Les dindons reçoivent une alimentation équilibrée composée essentiellement de céréales et de graines oléagineuses variées, comprenant en général le maïs, le soja, le blé, l’orge pour une croissance et un développement sains.

Les aliments de la volaille peuvent également contenir un faible pourcentage de sous-produits animaux qui contribuent à garantir un apport suffisant en protéines, calories (énergie), minéraux et matières grasses pour satisfaire les besoins nutritifs des dindons. La moulée est souvent adaptée au stade de développement des oiseaux. On donne aux dindonneaux un mélange de « démarrage ». Au fur et à mesure de leur croissance, l’alimentation est modifiée pour répondre à leurs besoins nutritifs.

Chaque mélange comporte la quantité voulue de protéines, d’apport énergétique, de fibres, de matières grasses et d’autres éléments tels que le calcium, le phosphore, le magnésium et les vitamines.

Les dindons ont en permanence accès aux aliments, ce qui veut dire qu’ils peuvent boire ou manger quand bon leur semble.

La reproduction

Les dindons se reproduisent à partir de l’âge d’un an pour la femelle et de dix-huit mois pour le mâle. La période de reproduction du mâle dure cinq ans en moyenne pendant que les femelles sont de bonnes pondeuses pendant trois ans. Quand elles arrivent à maturité, les mâles appellent les femelles par leurs glouglous et leur font la cour en tournant d’autour d’elle et en faisant la roue.

Un dindon permet d’assurer l’accouplement de voire 8 dindes. L’accouplement est souvent difficile pour les très grosses dindes et on est souvent obligés de mettre une selle à le femelle pour que le mâle ne la blesse pas.

La dinde pond une vingtaine d’œufs, dans une cachette à elle (rarement dans vos pendoirs), ou sur le lit de feuilles sèches.

Toutefois vous pouvez l’attirer dans un endroit que vous aurez choisi en y plaçant un œuf en bois. Comme la dinde est excellente couveuse, il est possible de la laisser couver elle-même, mais la mortalité risque d’être importante.

Si vous voulez être sûr des résultats et un obtenir un élevage rentable, il vaudra mieux récolter les œufs et les confier à une dinde couveuse, dans une poussinière ou à une poule pendant la période d’incubation qui dure vingt-huit à trente jours. Vous récolterez les œufs au fur et à mesure de la ponte, puis les conserverez une dizaine de jours au maximum dans un endroit frais (12 degré Celsius environ).

Il est recommandé de sélectionner les œufs par mirage pour garder les œufs clairs non fécondés pour votre consommation.

Des risques de maladies

Certaines maladies menacent la vie des dindons. On peut citer entre autres, l’histomonose. Cette maladie peut affecter les dindes à partir de trois semaines. L’âge le plus fréquent est de huit semaines. Très souvent, un seul sexe est touché. Un des premiers signes cliniques que l’on observe est l’apparition d’une diarrhée jaune soufre mais elle n’est pas systématique.

La diarrhée est également l’une des maladies bien connues dans l’élevage des dindons. On note aussi l’entiritis qui est une autre maladie intestinale pour les dindons de tout âge. Elle peut être causée par certains virus, bactéries et parasites disponibles dans leurs cages. La grippe aviaire est aussi une maladie qui guette les dindons.

La chose la plus simple à suivre pour éviter de contracter des maladies est de maintenir la propreté à l’intérieur et hors de la ferme et des cages. En cas de maladie, il est recommandé de contacter un vétérinaire.

Commercialisation

La reproduction des dindons étant délicate, la plupart des petits éleveurs peuvent acheter dans le commerce des dindonneaux d’un jour à élever en poussinière. Ces derniers coutent entre 2.000 et 3.000 F CFA selon les vendeurs.

Avec un élevage moderne de 100 dindonneaux, 15 mâles et 85 femelles, l’éleveur peut se retrouver avec 600 dindons en l’espace de trois ans.

Sur le marché, le dindon adulte coûte entre 25.000 F CFA et 40.000 F CFA. Les 600 dindons, adulte et jeunes confondus représentent sur la base moyenne de 30.000 F CFA, une valeur marchande d’environ 12 millions de F CFA pour un investissement évalué à 2 millions de F CFA sur 3 ans.

Source : le Journal de l’Economie