Le DG Anader salue l’avancement des travaux du projet intégré FAO à « Lanane » (Gagnoa)

0
107
Visite de terrain par le DG Anader (chemise blanche main levée) des sites aménagés du projet intégré FAO/ANADER

19 mai 2017 (lepaysan.ci) Le Directeur Général de l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER), Dr Sidiki Cissé, a salué le travail effectué par ses collaborateurs sur le projet intégré en riziculture, pisciculture et maraichers, sur le périmètre « Lanane » à cinq kilomètres de Gagnoa, exécuté conjointement par l’Anader et le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO).

Le directeur général s’est réjouit mercredi, que les travaux de réhabilitation du site rizicole de 13 ha, prenant en compte 33 bénéficiaires, la construction des quatre étangs piscicoles d’une superficie globale de 2200 m² pour 10 personnes, ainsi que la mise en place d’un hectare de maraîchers, avec 11 producteurs encadrés, soient menés dans le délai des 90 jours, à compter du 24 mars, date officielle à laquelle le projet a débuté.

Ce sont 54 bénéficiaires dans ce projet dit TCP/IVC-3502, financé par la FAO et exécuté par l’Anader, avec pour objectif, d’aider à la réduction de la pauvreté, a expliqué Dr Sidiki Cissé, venu à Gagnoa, signé une convention, avec le Conseil régional du Gôh, pour la mise en place d’un Plan Stratégique de Développement, au bénéfice de la région.

L’Anader conduit tous les travaux qui se déroulent sur le site, aussi bien la réhabilitation, la construction des étangs, les conseils agricoles, l’encadrement des producteurs sur les différents sites, a précisé Sedoué Matthieu, chef de zone Anader Gagnoa.

Au bout d’un encadrement de 18 mois maximum, les producteurs qui ont été également formés à l’entretien des ouvrages et à la gestion d’une coopérative, de sorte à pérenniser les activités, devraient être en mesure de « s’assumer » tout seul, a-t-il dit, précisant qu’actuellement, ils apprennent à faire des travaux de « génie rural », qui ne sont pas très « complexe » ici, vu qu’il s’agit d’anciens sites aménagés, apprend-on.

Après la réception officielle, les bénéficiaires ne seront pas abandonnés, mais auront droit à un suivi « sporadique », comme cela se fait dans le cadre des activités de l’Anader avec le domaine public, note-on.

Source : AIP

LAISSER UN COMMENTAIRE