La Côte d’Ivoire connaît un parasitisme diversifié du cotonnier (CNRA)

0
118

11 avril 2017 (lepaysan.ci) La Côte d’Ivoire connaît un parasitisme du cotonnier particulièrement important et diversifié, a confié mardi, lors d’un atelier bilan à Yamoussoukro, le Directeur Général du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA), Dr Yté Wongbé soulignant que la culture cotonnière du pays ne peut se faire sans protection phytosanitaire et la maîtrise des ravageurs.

« Il importe donc de concevoir et d’élaborer des programmes de protection, plus adaptés aux nouvelles contraintes du milieu, capables de gérer ou prévenir la résistance des insectes aux insecticides », a prévenu le directeur général de la CNRA, qui s’exprimait à l’occasion de l’atelier bilan annuel du programme de protection intégré du cotonnier en Afrique (PR-PICA) volet Côte d’Ivoire phase 2.

Le Dr Yté a conseillé également le développement des outils d’aide à la décision, devant permettre aux agriculteurs de diagnostiquer les problèmes parasitaires, l’accès aux intrants dans les meilleures conditions et d’utilisation cohérente.

Le CNRA a contribué au progrès de la culture cotonnière en Côte d’Ivoire au cours des dix dernières années, avec un certain nombre d’activités entreprises dans le cadre de plusieurs projets, dont le projet portant sur l’appui à la reconstitution du schéma de production des semences Coton en Côte d’Ivoire et le projet de relance de la recherche cotonnière (PRRC), axé sur l’amélioration des revenus des producteurs.

Le projet PR-PICA, volet Côte d’Ivoire a été signée le 24 février 2016 entre le CNRA et le FIRCA, sous le visa de l’Intercoton et du Conseil Coton anarcade pour une durée de trois  ans.

L’atelier bilan du projet PR-PICA a été présidé par le représentant du directeur de la protection des végétaux, du contrôle et de la qualité du ministère de l’Agriculture, Akamou Fataye, en présence de Mme Traoré Sita représentant du directeur exécutif du FIRCA ainsi que des représentants des sociétés cotonnières, de trituration, les producteurs du conseil agricole, les firmes agropharmaceutiques, et les institutions de financement.

L’objectif était de présenter aux acteurs de la filière les principales activités réalisées sur la gestion des nuisibles du cotonnier, et les résultats acquis du projet au terme de la première campagne 2016-2017.

Le PR-PICA qui regroupe six pays de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal et Togo), se révèle être une véritable interface qui permet de conjuguer dans une approche régionale, les efforts nationaux de gestion des ravageurs. Il a pour objectif global de mettre en place une stratégie régionale de gestion intégrée des nuisibles du cotonnier et des risques de résistance aux insecticides, d’intoxication et de pollution environnementales.

Source : AIP

LAISSER UN COMMENTAIRE