Communiqué du conseil des ministres du mercredi 22 mars 2017

170

Le mercredi 22 mars 2017, un Conseil des Ministres s’est tenu de 11h à 13h20, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants:

A/-Mesures Générales
⎯ Projets de décrets
B/-Mesures Individuelles
C/-Communications

C/– COMMUNICATIONS

2- Au titre du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’état de la commercialisation du cacao au 19 mars 2017.

Le niveau des stocks détenus dans les régions et en attente de déchargement dans les ports, qui était en moyenne de 60 000 tonnes sur la période allant de la mi-décembre à la mi-février, est aujourd’hui de l’ordre de 25 000 tonnes, avec une baisse hebdomadaire de l’ordre de 26% sur les deux dernières semaines. Aussi, au 19 mars 2017, le niveau cumulé des autorisations d’exportation est en hausse de 9,63% comparativement à la campagne 2015-2016.

Le niveau des embarquements, à la même date, est en hausse de 7,11% comparativement à la campagne précédente.

Le ralentissement observé dans la commercialisation s’explique en partie par le niveau des cours à l’international, qui a connu une baisse significative au cours de la campagne.

Ainsi, sur la période allant du 3 octobre 2016, début de la campagne principale 2016-2017, au 17 mars 2017, l’on note une baisse des prix internationaux de l’ordre de 27%, de 1704 francs CFA à 1239 francs CFA par kilogramme. Le prix payé au producteur ayant été maintenu sur toute la campagne, le Conseil du Café-Cacao a dû utiliser une part importante de ses ressources de stabilisation pour faire à ses obligations. Cela confirme l’effectivité du système de stabilisation, qui a permis le maintien du prix garanti de 1100 francs CFA le kilogramme de cacao.

A ce jour, le niveau actuel des stocks en région et le niveau des exportations traduisent une normalisation de la commercialisation du cacao au titre de la campagne principale qui s’achève le 31 mars 2017.

3- Au titre du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, en liaison avec le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de l’Economie et des Finances ;

Le Conseil a adopté une communication relative aux informations sur la collecte et sur l’utilisation des redevances prélevées sur la filière café-cacao au 31 décembre 2016.

La mise en œuvre de la réforme de la filière café-cacao entreprise par le Gouvernement, à travers le programme de vente anticipée à la moyenne, a permis, d’une part, de consolider le revenu du paysan en lui offrant un prix garanti bord champ d’au moins 60% du prix CAF et, d’autre part, d’améliorer les conditions de vie et de travail des producteurs et de leurs communautés.

En termes de résultats, le fonds de réserve technique, approvisionné par le Gouvernement pour garantir la viabilité du système des ventes anticipées à la moyenne, d’un montant initial de 40 milliards de francs CFA, a été porté à 70 milliards de francs CFA en juin 2015 et à 170 milliards de francs CFA en décembre 2016.

De janvier à décembre 2016, le cumul des achats déclarés de cacao s’établit à 1 634 424 tonnes contre 1 826 073 tonnes en 2015, soit une baisse de 10,50%. Sur la même période, les exportations de cacao s’établissent à 1 547 805 tonnes contre 1 814 481 tonnes sur l’année 2015, soit une baisse de 14,70%. Concernant le café, le cumul des achats déclarés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2016 se chiffre à 105 601 tonnes contre 126 587 tonnes en 2015, soit une baisse de 16,58%. Sur la même période, les exportations de café s’élèvent à 85 923 tonnes en 2016 contre 85 243 tonnes en 2015 soit une hausse de 0,80%.

Au 31 décembre 2016, les redevances prélevées au titre de la campagne 2016-2017 s’élèvent à 10,43 milliards de francs CFA contre 10,38 milliards de francs CFA en 2015-2016, soit une hausse de 0,53%. Les décaissements effectués par le Conseil du Café-Cacao, en 2016-2017, au titre des investissements (FIMR, programme 2QC, sacherie brousse, relance caféière et réforme de la filière), s’élèvent à 7,84 milliards de francs CFA.

4- Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme et le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’état d’avancement du remboursement des souscripteurs de l’agro-business.

Conformément aux décisions du Conseil des Ministres du 1er mars 2017, un administrateur séquestre a été nommé le 14 mars 2017 en vue d’assurer l’opération de remboursement des souscripteurs. Ainsi, la phase 1 concernant sept (7) sociétés dont les niveaux de ressources disponibles sont satisfaisants et permettent aux souscripteurs de recouvrer entre 50% à 100% de leur investissement initial, a effectivement démarré le 15 mars 2017. La phase 2, qui se rapporte aux entreprises dont les soldes bancaires disponibles sont compris entre 20% et 50%, démarrera le 23 mars 2017. Quant aux phases 3 et 4 qui concernent les sociétés dont les soldes sont compris entre 0 et 20%, les nombreuses réclamations portant sur les listes des souscripteurs concernés exigent un approfondissement des vérifications.

Par ailleurs, les investigations se poursuivent afin de retrouver de nouvelles ressources disponibles et/ou d’autres actifs dont la réalisation permettra de relever le taux de remboursement des souscripteurs concernés.

Fait à Abidjan, le 22 mars 2017
Bruno Nabagné KONE
Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste,
Porte-parole du Gouvernement
porteparoledugvt@egouv.ci