La CEDEAO salue les actions de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation

114

11 juillet 2017 (lepaysan.ci) Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Marcel de Souza, a loué les efforts de l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA), dans la mise en œuvre de la politique agricole régionale.

Lors de sa première visite effectuée dans cette structure spécialisée de la Commission basée à Lomé, au Togo, il s’est dit impressionné par le travail que fait l’ARAA et surtout par ses résultats significatifs sur le terrain après seulement quatre années d’existence.

« Je vous demande de communiquer plus sur vos acquis afin que les chefs d’Etat et de gouvernement de la région soient informés de ces efforts à impacts tangibles de la CEDEAO auprès des populations, des enfants, des jeunes et des femmes en termes de développement agricole, économique et social », a-t-il indiqué.

C’est d’ailleurs la première fois qu’un président de la Commission rend visite à l’ARAA. Occasion pour Marcel de Souza d’échanger avec le directeur exécutif de l’Agence, Ousseini Salifou et son équipe, et de se familiariser avec le cadre institutionnel, le mandat et les principales réalisations de l’ARAA depuis son lancement officiel en septembre 2013.

La principale réalisation à ce jour est la coordination de la mise en œuvre de neuf projets régionaux d’un coût de 113 millions de dollars américains.

Le renforcement de capacités des cadres des 15 Etats membres de la CEDEAO sur la formulation des projets, les changements climatiques en agriculture et les filets sociaux de sécurité, ainsi que des formations sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle en collaboration avec le Centre Régional Agrhymet du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), constituent aussi des acquis de l’ARAA.

L’ARAA est chargée de coordonner et de faciliter l’exécution des missions relatives à la mise en œuvre de la politique agricole régionale. Elle n’exécute pas directement les actions sur le terrain, mais contractualise avec les institutions techniques et des acteurs dont les compétences sont avérées.

Source : AIP