Campagne café-cacao 2017-2018 : Ce qui attend les acheteurs véreux

148

12 octobre 2017 (lepaysan.ci) Eu égard aux efforts financiers exceptionnels fournis par le gouvernement pour maintenir le niveau des revenus des producteurs de café et de cacao pour cette campagne 2017-2018, aucune dérive ou escroquerie ne sera tolérée de la part des acheteurs véreux.

Édouard N’Guessan, directeur général adjoint du Conseil du café-cacao, chargé de la production, s’est voulu ferme. Il l’a montré au cours de la rencontre de sensibilisation et d’information qu’il a tenue le 7 octobre, à la préfecture de Yamoussoukro, avec les acteurs de la commercialisation interne.

Selon lui, le prix du kg du cacao, conformément au marché international, devait être à 600 FCfa. Mais le gouvernement a décidé d’aller jusqu’à 700 FCfa qui est le maximum qui peut être payé aux producteurs, sans mettre le système en danger. « Nous ferons tout pour que la campagne soit fluide. C’est pourquoi nous vous invitons à signaler tous les acheteurs véreux qui s’amusent à ne pas payer le juste prix », a-t-il mis en garde. Et d’ajouter que celui qui se fera prendre verra son agrément lui être retiré pour 3 ans, son produit saisi et il remboursera le complément retenu. Il paiera aussi 50 FCfa en plus par kg.

Au titre des nouvelles mesures, N’Cho Serge Pacôme, chef du service appui aux producteurs, a indiqué que les frais de ramassage sont de 80 FCfa au kg. En plus, une rétrocession de 8 FCfa est accordée à tous les exportateurs qui utilisent les sacs « export « . Il a, en outre, annoncé que plus de 6 millions de sacs gratuits sont disponibles pour les producteurs.

Pour sa part, Fléan Josiane Victoria, déléguée régionale du Conseil du café-cacao de la région du Bélier, a fait le bilan de la campagne 2016-2017. Au niveau du cacao, les départements de Yamoussoukro, Attiégouakro et Toumodi ont réalisé 65.000 t contre 345 t pour le café. Soit une hausse de 15% par rapport à la campagne 2015-2016. Une performance enregistrée grâce à la distribution d’insecticides pour plus de 23.994 ha  et  de fongicides pour 18 000 ha.

Dans cette zone constamment menacée par la maladie du cacaoyer appelée le Swollen shoot, Fléan Josiane et ses collaborateurs ont été obligés d’arracher 1 044 ha de cacao. Au total, ce sont plus de 28 millions de FCfa de dépenses qui ont été effectuées pour assurer la durabilité du verger cacao à Bouaflé, Yamoussoukro et Toumodi, avant la deuxième bataille contre l’invasion de plus 2 327 ha de verger cacao par des chenilles défoliatrices dans le département de Tiassalé. Cette nouvelle menace a été vaincue grâce à des actions vigoureuses de traitement des superficies touchées.

En ce qui concerne le projet jeunes agriculteurs qui vise à assurer la relève des producteurs de plus en plus vieux, 12 jeunes ont été retenus et ont reçu des semences de cacao, de café, des téléphones portables et des vivres. La rencontre a été l’occasion pour les  meilleurs producteurs et sociétés coopératives de la campagne 2016-2017 de recevoir des diplômes de félicitations.

Quant à Kouamé Bouaki, secrétaire général de la préfecture de Toumodi, qui a présidé la rencontre, il a invité les producteurs et acheteurs au respect des consignes en vigueur pour une campagne réussie.

Source : fratmat.info