Campagne 2017 anacarde : Le leadership de la Côte d’Ivoire est menacé par la fuite des produits vers les pays limitrophes (DG Conseil Coton-Anacarde)

0
294
Le Directeur Général du Conseil du Coton et de l'Anacarde en compagnie du Préfet de la région d'Agnibilékrou

14 mars 2017 (lepaysan.ci) Dans le cadre de la campagne 2017 de commercialisation de la Noix de Cajou, le Conseil Coton Anacarde avec à sa tête le Directeur Général Dr Adama COULIBALY a entamé depuis ce mardi 14 mars 2017, une tournée dans les régions de l’Indénié-Djuablin, du Gontougo et du Bounkani.

C’est la ville d’Agnibilékrou qui a été choisie pour abriter cette première étape de cette tournée de suivie de la campagne 2017 de commercialisation de l’anacarde dont l’objectif général est de déterminer en concertation avec les comités de veille, les Autorités locales, les forces de l’ordre et les Acteurs de la filière, les mesures et actions additionnelles ou complémentaires à conduire pour créer les conditions du bon déroulement de la campagne 2017, notamment en ce qui concerne la fuite des produits vers les pays limitrophes en particulier le Ghana.

Après une visite à la résidence du Préfet de Région Jacques Koné Lobognon, le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde et sa délégation se sont rendus dans les locaux de la préfecture d’Agnibilékrou où étaient déjà installés dans une salle archi-comble la notabilité,  l’ensemble du corps préfectoral de la Région de l’Indénié-Djuablin, les élus départementaux, les forces de l’ordre, les représentants du ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et les acteurs de la filière ( acheteurs, exportateurs, producteurs, transformateurs).

En tant que président du comité de veille de la région, le Préfet Jacques Koné Lobognon a remercié le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’anacarde d’avoir choisi sa région comme première étape de cette tournée et a profité pour faire appel à la conscience des uns et des autres pour le développement de la filière anacarde en particulier mais surtout celui de la nation en général « nous n’avons aucun intérêt à envoyer nos produits ailleurs car nous perdons à tous les niveaux » a-t-il indiqué

Dr Adama COULIBALY, Directeur Général du Conseil Coton-Anacarde s’est réjoui de la mobilisation observée autour de cette tournée avant d’expliquer à l’assistance comment la fuite des produits pénalise la Côte d’Ivoire à plusieurs titres.

Selon le DG, la première pénalité concerne tout d’abord les régions et départements à travers lesquels les produits fuient le pays « nous sommes dans une phase de programmation d’investissement de transformation de l’anacarde et cela consiste à repérer les départements plus producteurs et les régions à grande production et à y orienter les investisseurs potentiels. Si nous constatons sur plusieurs campagnes, une baisse de production, nous ne serons pas à mesure de diriger des investisseurs vers ces régions à déclin ». La remise en cause du  leadership de la Côte d’Ivoire en production de noix de cajou a été désignée par Adama COULIBALY comme une conséquence de la fuite des produits. Enfin, la troisième difficulté se situe au niveau des différentes taxes que l’Etat s’autorise sur les produits d’exportation.

Bien avant le Directeur Général, Mamadou Doumbia Chef de service chargé des opérations au Conseil Coton-Anacarde a donné un certain nombre d’informations sur la campagne 2017.

Notons que la tournée prendra fin le 18 mars prochain après les étapes de Transua, Tanda, Bondoukou et Bouna.

D.S (lepaysan.ci)

Voir l’album photos

LAISSER UN COMMENTAIRE