Cacao : la Côte d’Ivoire et le Ghana unissent leur force pour la bonne marche de la filière

0
256
Photo de famille des deux délégations au terme de la signature d'accord

14 avril 2017 (lepaysan.ci) La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao et son principal « rival » le Ghana ont à travers leur structure de régulation de la filière, à savoir le Conseil du Café-Cacao et le Cocoa Board signé jeudi, l’Accord d’Abidjan découlant de la volonté commune des Présidents Alassane Ouattara et Nana Akufo-Addo, en faveur d’une économie cacaoyère durable dans les deux pays.

Mme Massandjé Touré-Litse, Directeur Général du Conseil du café-cacao, a au terme de cette signature d’accord, déroulée à la salle de conférence du 23ème étage de l’immeuble de la Caistab, au Plateau déclaré à la presse les différents points qui le caractérise. Il s’agit notamment des accords sur la vente du cacao, le trafic transfrontalier, le niveau de production, la promotion de la consommation par les nationaux et la transformation.

Par ailleurs, le premier responsable de la filière cacao en Côte d’Ivoire a indiqué que l’Accord d’Abidjan porte également sur les organisations internationales et la position commune à adopter vis-à-vis des partenaires privés, il établit aussi des comités. Il s’agit de deux comités scientifiques et d’un comité spécial. Le 1er se réunira tous les trois mois de façon alternative entre Abidjan et Accra et le second le fera autant de fois que nécessaire, a ajouté Mme Touré-Litse.

Le Directeur exécutif de Cocoa Board, Joseph Boahen Aidoo qui était accompagné dans cette mission par l’Honorable Emmanuel Asante Krobea, Conseiller Technique du Ministre de l’Agriculture du Ghana,  a pour sa part a indiqué que cet accord bilatéral, encore au stade embryonnaire, met l’accent sur la politique de commercialisation du cacao.

« A la lumière de l’engagement des deux Présidents et de l’appui politique, Cocoa Board et le Conseil du café-cacao se sont résolus à bénéficier d’une meilleure commercialisation en faveur des deux pays respectifs », a-t-il résumé.

Pour M. Aidoo, cette première étape de signature augure de réflexions à mener entre Abidjan et Accra, en vue de prendre davantage de mesures en matière de commercialisation ainsi que sur les questions de lutte contre la contrebande des cultures de rente et sur le travail des enfants.

Rappelons que Le cacao joue un rôle prédominant de l’économie ghanéenne dans laquelle il contribue à hauteur de 25% des exportations et de 8,2% du PIB. En Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de la fève, il représente 50% des recettes des exportations et 15% du PIB, selon la Banque mondiale. Ces deux pays représentent 60% de la production mondiale, aux dires du ministre ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly.

D.S (www.lepaysan.ci)

Voir l’album photos

LAISSER UN COMMENTAIRE