Burkina Faso: des pesticides souvent de mauvaise qualité

174
Image d'archive utilisée à titre d'illustration

10 août 2017 (lepaysan.ci) Au Burkina Faso, c’est la saison agricole. Le pays fait face une série d’attaques de chenilles légionnaires et d’oiseaux granivores. Plusieurs hectares de cultures ont été déjà détruits. Des pesticides utilisés par les agriculteurs ne semblent plus être efficaces. Afin de faire face à la situation, le ministère de l’Agriculture a entrepris une opération de contrôle des pesticides vendus sur les marchés. Plusieurs tonnes de produits ont été déjà saisies.

Les producteurs maraichers de la capitale, ou les agriculteurs en milieu rural, utilisent des pesticides et herbicides dont ils ignorent la qualité ou la composition.

« Pour traiter avec cela, il nous faut un équipement complet, explique Boniface Tiendrebeogo, agriculteur maraicher à Ouagadougou. J’ai vu les conséquences, je ne veux plus toucher à cela. C’est dangereux. Une fois, j’ai traité avec cela, je me suis douté qu’il y avait quelque chose, je ne me sentais pas bien. Et J’ai arrêté. » D’où cette opération du contrôle de la qualité des pesticides dans quatre régions du pays. Résultat : environ 70% des produits phytosanitaires vendus aux agriculteurs ne sont pas autorisés au Burkina Faso. Plus de quinze tonnes de produits ont été saisies, et l’opération continue.

« Au-delà de cette quantité, raconte Moussa Ouattara, directeur de la protection des végétaux et du conditionnement, expert en sécurité sanitaire et phytosanitaire, c’est l’action même de faire ces contrôles-là qui est vraiment importante. Jusqu’à preuve du contraire, les opérateurs, les acteurs, vendaient ces produits sans contrôles, sans crainte. Mais, à partir de maintenant, ils savent désormais qu’ils auront l’autorité en face d’eux. Aujourd’hui dans les campagnes ils utilisent tous produits à tous venants, ce qui est très dangereux parce que non seulement ils ne pourront pas détruire ce pour quoi ils utilisent le produit mais cela peut encore développer une résistance. »

Le ministère de l’Agriculture entamera dans les jours à venir une campagne de sensibilisation et de présentation des produits homologués au Burkina Faso afin de lutter contre les pesticides de mauvaise qualité.

Source : rfi.fr