Un appel lancé en vue de mettre l’agriculture au cœur du développement de l’Afrique

114
Image utilisée juste à titre d'illustration

09 décembre 2016 (lepaysan.ci) La 11ème Conférence économique africaine (CEA) a pris fin mercredi à Abuja, au Nigeria, après trois jours d’intenses débats autour de l’agro-industrialisation en Afrique, sur un appel à mettre l’agriculture au cœur du développement du continent.

Plus de 300 participants ont assisté à cet événement annuel, organisé conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Programme de développement des Nations Unies (PNUD), sur le thème « Nourrir l’Afrique : vers une agro-industrialisation pour une croissance inclusive ».

« Cette conférence ne doit pas être une simple conférence de plus », a déclaré Ousmane Dore, représentant résident de la BAD au Nigeria, à la clôture de la conférence. Pour lui, elle doit être suivie d’une série de mesures phares pour enclencher la transformation économique de l’Afrique grâce au développement de l’agriculture.

À l’issue de la conférence, Adam Elhraika, directeur de la Division des politiques macro-économiques de la CEA, a exhorté les participants à diffuser les messages majeurs de la conférence auprès des partenaires et des gouvernements, afin de garantir que les mesures adoptées soient mises en œuvre.

Ayodele Odusola, économiste en chef à la tête de l’équipe stratégie et analyse du Bureau régional pour l’Afrique du PNUD, a déclaré quant à lui que le thème de la Conférence s’inscrit dans la droite ligne de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et des Objectifs de développement durable des Nations Unies. Il s’est fait l’écho du sentiment exprimé lors de la Conférence, selon lequel l’agro-industrialisation devrait permettre de réaliser les objectifs ultimes de développement de l’Afrique.

Le Président de la BAD, Akinwumi Adesina, a souligné le rôle clé de l’agriculture – qui représente plus de 28 % du PIB de l’Afrique – dans l’accélération de la croissance, la diversification économique et la création d’emploi pour les populations africaines.

« L’agriculture fournit les matières premières de base nécessaires au développement industriel. Les denrées alimentaires comptent pour la plus grande part de l’indice des prix à la consommation et il est crucial de pouvoir fournir des produits alimentaires bon marché pour contenir l’inflation… », a-t-il dit.

Pour Dr Adesina, « renforcer la compétitivité, l’efficacité et la productivité du secteur agricole est essentiel pour stimuler les économies des régions rurales, où vit la majorité de la population du continent africain. L’avenir de l’Afrique dépend de l’agriculture. »

La 12ème Conférence économique africaine aura lieu à Addis-Abeba, en Éthiopie, en décembre 2017.

Source : AIP