Afrique: Des exploitations et des produits agricoles durables, pour une population en bonne santé

220
Image d'illustration

11 octobre 2017 (lepaysan.ci) Rome — Selon les conclusions d’un nouveau rapport du Fonds international de développement agricole (FIDA), les investissements faits en faveur d’une agriculture résiliente aux changements climatiques ne font pas qu’améliorer la sécurité alimentaire, ils contribuent aussi à éliminer la malnutrition.

Dans son rapport intitulé The Nutrition Advantage – Harnessing the Nutrition Co-Benefits of Climate Resilient Agriculture, le FIDA dresse un bilan de l’expérience qu’il a acquise en ce qui concerne l’amélioration de la nutrition, dans le cadre de ses investissements agricoles pro-action climatique, et montre que les répercussions de l’évolution climatique sur l’agriculture et la prévalence de la malnutrition dans les zones rurales sont intimement liées.

« Pour ceux qui vivent sur des terres de plus en plus dégradées ou exposées aux risques qu’entraîne la variabilité climatique accrue, les productions agricoles n’ont plus le même contenu nutritionnel, ce qui se répercute sur l’état de santé des populations, qu’elles soient rurales ou urbaines », a déclaré le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo.

Dans son rapport, le FIDA dit aussi qu’il est urgent de sensibiliser les agriculteurs, pour qu’ils dépensent leurs revenus durement gagnés pour faire des choix alimentaires plus nutritifs, qui amélioreront la santé de toute la famille.

Il est aussi essentiel que leur activité soit source de revenus, pour que les familles puissent acheter la nourriture qu’elles ne cultivent pas elles-mêmes. Le rapport met en évidence l’intérêt économique et nutritionnel d’une approche diversifiée, et de l’éducation à la question nutritionnelle.

« La promotion de systèmes de production de denrées alimentaires diversifiés, capables de faire face aux changements climatiques et intégrant des considérations nutritionnelles peut aider les petits exploitants à devenir plus résilients et contribuer à stabiliser leurs revenus, améliorer la qualité des régimes alimentaires et, en parallèle, participer à l’action climatique », a déclaré Margarita Astralaga, Directrice de la Division environnement et climat du FIDA.

Le rapport présente des exemples de projets du FIDA axés exactement sur de tels investissements à avantages multiples. Au Soudan, un projet d’irrigation et de gouvernance de l’eau et des terres appuyé par le FIDA a proposé une formation sur la nutrition et la transformation des produits alimentaires.

Entre autres résultats, on retiendra que les femmes qui ont participé à cette formation ont découvert l’intérêt nutritionnel d’aliments moins consommés, comme les légumes, les œufs et le lait. Elles ont aussi appris à préparer des plats plus nutritifs, à faire attention à l’hygiène et ont découvert les avantages d’un régime équilibré.

Au Niger, pour faire face à la dureté des conditions climatiques et à la dégradation des terres, le Programme de développement de l’agriculture familiale collabore avec un groupe de femmes pour accroître la disponibilité d’aliments de base en période de soudure et la production d’aliments à haute valeur nutritionnelle.

Il promeut des activités telles que la gestion d’entrepôts céréaliers pour les femmes et la culture de « jardins nutritionnels », qui contribuent à renforcer la résilience aux chocs climatiques.

Source: allafrica.com