Coton: Les acteurs font des propositions pour l’amélioration des performances de la filière

177

11 mai (lepaysan.ci) Au terme d’un atelier de trois de jours de ‘’bilan agronomique’’, les acteurs de la filière coton ont proposé, mercredi, à Bouaké, des solutions aux difficultés actuelles, pour l’amélioration des performances de la filière.

Le bilan dressé montre que les objectifs de production, de surface et de productivité n’ont pas été atteints aux cours des deux dernières campagnes. En effet, malgré la stratégie de relance de la filière amorcée par le gouvernement depuis quelques années, les difficultés du secteur ont occasionné une chute de la production de coton graine.

Elle est passée de 452.000 tonnes, au terme de campagne 2014-2015 à 328.000 tonnes à la campagne 2016-2017. Le rendement à l’hectare est estimé à 951 Kg à l’hectare alors que l’objectif visé se situé à plus d’une tonne.

Pour remédier à la situation, l’atelier recommande au Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) de produire et de distribuer les semences de base dans de meilleures conditions. Car, ont expliqué les spécialistes, une mauvaise conservation affecte la faculté germinative.

A cet effet, les sociétés cotonnières ont été invitées à bien conserver les semences et à les distribuer à l’approche de la campagne parce que le producteur ne dispose pas de conditions adaptées pour les garder aussi longtemps avant l’usage. A propos du changement climatique, les acteurs demandent au CNRA de proposer un nouveau cycle de production du coton adapté à ce phénomène.

Par ailleurs, un appel a été lancé à l’Etat et au conseil coton et anacarde pour la mise en place d’une brigade de surveillance de la qualité des intrants utilisés par les producteurs de coton pour éviter qu’ils achètent des produits à tout venant.

Les acteurs ont aussi décidé de mener eux-mêmes des campagnes de sensibilisation contre la désaffection des producteurs de coton au profit de l’orpaillage en évolution croissante et réduisant la main d’œuvre de la filière coton. Ils ont conseillé, entre autres, aux producteurs de respecter l’itinéraire technique de la culture du coton dispensé par les conseillers agricoles et recommandé que les conseillers eux-mêmes soient suivis par des superviseurs.

Le secrétaire exécutif de l’Inter-coton, point focal coton, Silué Siontiamma Jean-Baptiste a indiqué que ces propositions de solutions seront améliorées par des consultants recrutés par la filière cotonnière. Elles seront rédigées sous formes de fiches-projets afin de résoudre de manière pratique les difficultés.

Le président de la fédération des producteurs de coton de Côte d’Ivoire, Yéo Largaton, s’est réjoui de l’engouement suscité par cet atelier initié dans le cadre du Programme d’appui au secteur agricole en Côte d’Ivoire (PSAC), financé par le groupe Banque mondiale et le Contrat de désendettement et de développement (C2D). Puis, il a souhaité la mise en œuvre de toutes propositions pour la survie de la filière.

Source : AIP