Les acheteurs d’anacarde de Séguéla pour des « convois sécurisés »

167

20 mars 2017 (lepaysan.ci) Face à l’insécurité galopante qui prévaut en cette période de commercialisation de la noix de cajou, les acheteurs de la région du Worodougou (Nord-Ouest) ont suggéré l’organisation de convois escortés par les forces de sécurité, lundi, lors d’une rencontre tenue à la préfecture de Séguéla.

« Nous avons besoin de travailler dans un cadre apaisé où la sécurité est de mise », a indiqué le président de l’Association des acheteurs agréés, transformateurs et exportateurs de noix de cajou du Worodougou (2ATEW), Soumahoro Abdoulaye, lors de cette réunion qui a été aussi l’occasion de débattre de la décision d’interdiction des chargements bord champ.

En attendant de s’accorder sur les dispositions pratiques de ce convoyage jusqu’aux ports d’Abidjan et de San Pedro, les différents intervenants se sont appesantis sur les braquages à répétition qui ont eu lieu à Séguéla et qui ont occasionné la perte de plus de 70 millions de francs CFA.

« L’an dernier, nous avons perdu huit camions pour une valeur marchande de 270 millions. Et cette année, ce sont déjà deux camions qui ont été braqués et vidés de leurs contenus », s’est inquiété le président de la 2ATEW qui a annoncé la mise à disposition des forces de sécurité des véhicules de patrouille et d’escorte.

Une forte spéculation s’opère autour de l’anacarde dont le prix officiel du kilogramme est de 440 francs CFA, mais qui se négocie sur le terrain entre 750 et 800 francs, a-t-on relevé.

« Votre sécurité ne peut se faire sans vous. La balle est dans votre camp », a indiqué le commandant de la compagnie de gendarmerie, tout rassurant être disposés à sécuriser les convois au départ de Séguéla et de Kani.

Selon les données de la 2ATEW, une centaine d’acheteurs sont répertoriés dans les régions du Worodougou et du Haut-Sassandra qui sont sous la coupole de la délégation régionale du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) de Séguéla.

Source: AIP