Un chocolatier et le gouvernement se mettent ensemble pour lutter contre la déforestation en Côte d’Ivoire

0
113

14 juin 2017 (lepaysan.ci) Le ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, et la directrice mondiale du programme Cocoa Life, Catharina Isabella Pieters, ont signé mardi à Abidjan, une convention visant à réduire la déforestation dans la chaîne d’approvisionnement du cacao en Côte d’Ivoire.

Anne Ouloto, se félicitant de cette convention, a estimé que « c’est un pas extrêmement important vers l’ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays agricole qui sait préserver ses forêts ». Elle a salué l’appui du chocolatier Mondelez, représenté également par la directrice mondiale du programme Cocoa Life, qui s’est engagé à soutenir les efforts du gouvernement ivoirien dans la lutte contre la déforestation pour « une agriculture zéro déforestation ».

La ministre a expliqué que le couvert forestier de la Côte d’Ivoire, de 16 millions d’hectares au début des années 1960, compte aujourd’hui quelque 3,4 millions d’hectares. Anne Ouloto a mis en relief l’ambition du gouvernement d’arriver, d’ici à 2030, à restaurer le couvert forestier du pays d’au moins 20%.

Afin de restaurer son couvert forestier fortement dégradé et de contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans le mécanisme international de réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+) en 2011, a rappelé Anne Ouloto.

La représentante de Mondelez, Catharina Pieters, a estimé que ce nouveau partenariat technique et financier permettra à son groupe de renforcer sa coopération dans la lutte contre la déforestation. « De par sa présence importante dans la filière cacao ivoirienne et à travers ses fournisseurs dans le cadre du programme Cocoa Life, Mondelez international entend faciliter l’émergence d’une filière cacao, amie de la forêt ivoirienne, conformément à la volonté du gouvernement ivoirien », a-t-elle déclaré.

Poursuivant, elle a indiqué que sa structure reste dans la dynamique d’un engagement volontaire et transparent pour mettre en œuvre les outils REDD+ dans sa chaîne d’approvisionnement en cacao.

Source : AIP

LAISSER UN COMMENTAIRE